0% d’IMPÔTS ! DUBAI vs ESTONIE, quel PAYS CHOISIR ? EXPATRIATION – Avec Thami KABBAJ

100
10


Dubaï ou Estonie ? C’est ce qu’on va
voir en détail dans cette vidéo. Donc je suis avec Thami Kabbaj.
Yes! Comment vas-tu ? Moi ça me fait super plaisir de passer avec toi, mais on va…
eh, déjà c’est Dubaï, c’est pas Estonie qu’on va voir, yes !
On va voir le battle et c’est vous qui allez décider.
Ça va être chaud, ça va être chaud ! Bon…
Donc du coup on a mal rigolé hier avec Thami. Et je me suis dit, voilà, ce serait bien
de faire un petit récapitulatif, comme ça, ça va vous permettre de savoir, en fonction
de tous les détails que je vais évoquer : est-ce que vous, c’est plutôt Dubaï
ou Estonie que vous aimeriez vis-à-vis d’une expatriation ? Donc juste avant, cliquez
sur le bouton S’abonner pour rejoindre plusieurs dizaines de milliers d’entrepreneurs à
succès abonnés à ma chaîne YouTube. Alors, juste pour les personnes qui ne te connaissent
pas, Thami… Bien sûr, puisqu’il y en a, oui.
Présente-toi rapidement et dis-nous tout. Alors, vraiment en quelques lignes parce que
sinon, ça va prendre des heures. Mais rapidement, je m’appelle Thami Kabbaj. Alors, je suis
l’auteur de sept bouquins. Mon dernier bouquin est d’ailleurs sorti au mois de mars, il
cartonne, on a déjà 520 commentaires sur Amazon. C’est Agir, A-G-I-R. Et en fait,
voilà, auparavant j’avais une carrière de trader, j’ai enseigné à l’université,
je suis agrégé d’économie. Mais surtout surtout aujourd’hui, j’ai une école qui
me passionne, orientée sur la liberté financière, mais également sur les marchés financiers,
et je kiffe ce que je fais. J’ai également une chaîne YouTube, Thami Kabbaj, voilà,
allez-y, vous verrez, c’est génial. Et dernier point, je kiffe Maxence, son énergie.
Moi je suis un mec direct, donc si un mec… non, c’est vrai. Si un mec ne me plaît
pas ou si… voilà, si l’énergie elle est négative, je vais pas très loin. Mais
vraiment je ne connaissais pas Maxence, on ne s’était jamais vu, mais…
On s’est rencontrés pour la première fois là au congrès des infopreneurs à Berlin.
Voilà. Et on se connait par le biais de YouTube. Tu as vu mes vidéos, j’ai vu tes vidéos.
Mais voilà, j’aime beaucoup ton travail. Et puis voilà, j’aime également ton énergie,
et je tenais à le dire. Merci et plaisir partagé.
Même s’il va y avoir du fight, commence, voilà, je suis un gentleman, vas-y, à toi
de jouer. Alors, première chose. Souvent dans les expatriations,
il faut regarder la création d’une société, et là l’Estonie c’est un truc de dingue,
c’est paiement de 190 € une fois et, voilà, la société elle est multifonction. Vous
pouvez aussi bien investir dans l’immobilier, bourse, business internet, cryptomonnaie,
bref, le all inclusive. Excellent, ouais.
Vis-à-vis de Dubaï… parce que souvent on me pose la question également.
Bien sûr. C’est à peu près combien, création de
la société avec tous les différents documents ? Quelle est la fourchette ?
Ça m’a coûté beaucoup… écoute, franchement ça m’a coûté beaucoup plus cher, mais
c’est du 5-10 000 € minimum. Entre 5 et 10 k.
Oui, 10 k. Et si tu as besoin d’avoir des locaux, par exemple moi j’ai besoin d’avoir
des locaux, donc tu dois les louer, ou alors tu dois les acheter. Par exemple, moi j’ai
acheté mon bureau et donc ça peut te coûter assez cher. Par exemple, ma première année
à Dubaï j’ai frôlé les 100 k. 100 k ?
Donc ma première année, c’était… ouais ouais ouais !
What? C’était en 2014. Maintenant, encore une
fois, je pense qu’il faut parler de ça, mais il faut parler également de pourquoi
j’y suis allé. Et pour moi, encore une fois, c’était une question de climat, d’ambiance,
de dynamique. Et c’est vrai que moi j’ai habité à Paris pendant pas mal d’années.
J’ai frôlé la mort en 2010 pour ceux qui ne le savent pas. Donc je suis tombé sur
le crâne, burnout et compagnie. Et là, voilà, ça a été pour moi effectivement un déclic.
Et je ne voulais plus habiter à Paris. Pour moi, la grisaille… Donc j’ai été à
Dubaï parce que… et pourquoi j’ai aimé Dubaï ? Parce qu’il y a le soleil toute
l’année. Nous, on habite aujourd’hui au Palm, on a une plage privée, on a vraiment
des conditions idylliques, et ça c’est ce que je voulais. Et je ne voulais pas vivre
dans un pays froid parce que j’adore le soleil. Maintenant, encore une fois, voilà,
j’adore… on est à Berlin, j’adore, mais je voyage. Mais le lifestyle que je voulais,
c’était Dubaï ou l’île Maurice, mais pour moi c’est trop petit, trop loin, et
Dubaï pour moi c’était vraiment au centre. Donc c’est ça ce qui m’a plu avant ce
que ça coûte. Maintenant, c’est clair que ça coûte de l’argent.
Ouais, parce qu’aujourd’hui dans les destinations au soleil il y a beaucoup d’infopreneurs,
vous avez donc l’Asie, donc grosse place, Île Maurice, notamment avec Cédric Annicette,
il y a eu beaucoup d’expatriés. Il y a eu également Malte, moi j’ai été bien
expatrié de fin 2012 à début 2018. Ou encore, vous avez l’Estonie, où là maintenant
il y a de plus en plus de gens aussi qui… … des gens qui te suivent là, excellent !
… et qui me suivent et qui s’expatrient. Donc vis-à-vis du climat, par rapport à
toutes les destinations que j’ai annoncées, l’Estonie en fait il y a deux choses que
vous devez savoir. C’est que numéro un, ouais, c’est le gros point négatif, et
ça on ne pourra jamais le changer. Donc quand je dis que le climat est mauvais, toutefois
le… C’est un choix.
Donc c’est un choix, voilà. Mais toutefois, le bémol c’est que souvent l’Estonie
les gens, à 99 % les gens ils ont l’image de c’est le Canada dans le sens -30 °C,
-25 °C. Et souvent, j’explique que si vous habitez au-dessus de Lyon, moi je viens de
Chalon-sur-Saône, c’est le même climat. Si vous habitez à Chalon-sur-Saône, à Quimper,
dans le Nord de la France, à Paris, à Brest. Voilà, mais il n’y a pas beaucoup de gens
qui veulent habiter là-bas aussi, tu vois, voilà.
Non, c’est vrai, mais… À part les gens qui sont nés là-bas, mais…
Mais ce que je veux dire c’est que… Le gars, tu lui dis entre Nice et Quimper,
il va te dire bon, vas-y. … c’est que ça va pas vous choquer. Si
vous venez de la Côte d’Azur, la Corse, si vous venez d’un pays chaud…
Là, ça va te choquer. Là, ça va vous choquer. … ça va vous choquer.
C’est clair. Toutefois si vous venez comme moi de Chalon-sur-Saône,
c’est exactement le même climat que chez mes parents.
C’est clair. Donc je voulais juste faire que… bah de
globalement, l’hiver c’est -4 °C jusqu’à -10 °C quelques jours, mais ce n’est pas
du -20 °C, -25 °C, -30 °C comme le Québec et tout ce qu’on croit savoir.
Non, mais c’est clair. Et puis… Mais là, gros gros point sur Dubaï je l’admets,
c’est… Voilà, le climat.
… c’est magique, parce que moi à Malte le soleil c’était *0:05:23*
Et moi toute l’année je porte des t-shirts, je suis en polo quoi, c’est ça. Ce qui
est incroyable, c’est que même en décembre je ne porte pas de veste. Et quand par exemple…
je me souviens au mois d’octobre, je suis allé aux États-Unis et je suis passé par
l’Islande. Et en Islande, il faisait genre du 0 °C ou -2 °C, mais pour moi c’était
genre la fin du monde, parce que je suis plus habitué au…
Tu t’es dit, mais je suis en polo ? Ouais. Non, mais c’est ça, c’est… Après,
encore une fois, c’est un choix. Et moi encore une fois, je respecte, et je respecte
ton point de vue. Et je pense qu’il y a des gens par exemple qui vont détester Dubaï.
C’est soit on aime, soit on déteste. Ou on est mitigé, c’est un choix, voilà.
Alors, autre question souvent que j’ai c’est : dois-je rester 183 jours ? Alors, comment
ça se passe minimum par an à Dubaï ? Ce n’est pas une obligation.
Bah je veux dire, dans la loi est-ce qu’ils évoquent qu’il faut rester au moins 183
jours, et il y a un tampon sur le passeport ? Je crois que c’est comme ça en Île Maurice.
Non. Si vous êtes expatrié à l’île Maurice,
dites-le-moi. C’est ce qu’on m’avait dit, mais je n’en suis pas sûr à 100 %. Qu’en
est-il de Dubaï par rapport à ça ? À Dubaï, ce n’est pas le cas. Maintenant…
OK, ça, c’est un bon point. Voilà, ce n’est pas le cas. Maintenant,
c’est clair que quand tu es résident c’est pour résider. Et moi, bon voilà, j’ai
une vie de famille, je suis marié, j’ai une fille. Et c’est vrai que bon, elle va
aller à l’école là-bas, etc. Donc tu n’es pas dans cette logique de digital nomade.
C’est-à-dire, ça c’est une logique que tu as quand tu n’as pas d’attaches, etc.,
et c’est très bien, mais moi je ne suis pas dans cette logique, je suis plus dans
cette logique. Et il y a… il faut savoir une chose, c’est qu’il y a…
Ouais, toi tu es expatrié aussi pour vivre *0:06:52*
Vraiment pour y vivre, parce que j’aime cette ville, j’aime l’énergie, j’aime
le fait qu’il y a 90 % d’étrangers et que c’est une ville vraiment cosmopolite,
c’est la ville la plus cosmopolite au monde. La dynamique, le fait effectivement que c’est…
aujourd’hui, c’est à côté de l’Inde, à côté de l’Afrique, à côté de l’Europe,
c’est vraiment au centre. Et qu’on sente qu’il y a des choses qui se passent là-bas,
que c’est là-bas que ça se passe, même si voilà, c’est dans un endroit sur un
plan stratégique et sur un plan géopolitique délicat. Mais d’un autre côté, c’est
également une région qui va exploser dans les prochaines années sur un… dans un bon
sens, dans le bon sens du terme. L’Inde va devenir la deuxième puissance économique
de la planète. Pour moi également en tant qu’investisseur, il y a beaucoup d’Indiens
à Dubaï. Il y a toutes les stars, tu as Shahrukh Khan, je sais parce si tu connais.
Le nom, mais après pas plus. C’est encore plus que les stars de Hollywood.
Tu as beaucoup de footballeurs français, Federer qui habite à Dubaï. Tu as beaucoup
de stars, parce que le lifestyle est au top. La sécurité, personne ne t’emmerde dans
la rue. Et tu peux sortir à 3 h 4 h du mat, et voilà, c’est vraiment différent.
D’accord. Donc là-dessus, ouais très très cool et… Bah là, en l’occurrence, l’Estonie,
pareil, c’est méga safe donc ça, c’est… J’imagine, j’imagine, ouais, j’imagine.
C’est extraordinaire. Donc vis-à-vis de l’Estonie, pour vous donner un exemple,
vous avez deux possibilités. Soit vous avez votre résidence principale en Estonie, et
là, pas besoin de rester 183 jours. Moi personnellement, je suis un petit peu comme toi, voilà, quand
je suis en Estonie c’est pour travailler. Bien sûr.
Donc du coup, j’y suis à peu près cinq mois environ dans l’année. Et en revanche,
si vous n’avez pas votre résidence principale en Estonie, là vous êtes obligé de rester
minimum 183 jours. Mais c’est juste si vous avez votre résidence principale en Estonie,
donc ce qui est mon cas, bah là, voilà, si j’y suis 30 jours dans l’année, il
n’y a pas de souci, je suis quand même résident fiscal en Estonie, donc ça, c’est
un gros point positif par rapport à ça. OK, très bien.
Autre question que j’ai souvent c’est « OK, mais qu’en est-il par rapport à
la France ? Est-ce qu’il y a des conventions de non double imposition ? Est-ce que… ?
Bah tu en sais un petit peu plus par rapport à Dubaï. Vis-à-vis de l’Estonie, c’est
bon, quand vous êtes imposé en Estonie vous n’allez jamais avoir de souci par rapport
à la France parce qu’il y a une signature, donc une convention de non double imposition.
Bah c’est la même chose à Dubaï. C’est la même à Dubaï ? Donc ça, c’est
royal Dubaï et Estonie *0:09:06* Voilà. Alors, je sais qu’on va se recevoir
plein de dislikes sur cette vidéo, tu le sais là ? On va se recevoir des… voilà.
Donc il faut juste dire une chose, c’est que voilà, l’expatriation. Parce que l’expatriation,
c’est quoi ? C’est… Pourquoi toi tu t’expatries ? Et moi je
donnerai aussi mes vraies raisons. OK, moi je me suis expatrié parce qu’en
2010 j’ai frôlé la mort, je suis tombé sur mon crâne, je me suis retrouvé à Bichat,
l’hôpital Bichat paris à 4 h du mat. Mon ex-femme m’a annoncé qu’elle allait quitter
Paris pour la Côte d’Azur. Et moi j’étais resté à paris essentiellement pour mon fils,
parce que sinon je me serais cassé à Londres. Parce que c’est là où sur un plan business
dans le domaine du trading où il y avait des boulots. Donc je suis resté en France,
bah j’ai fait un job alimentaire, j’étais prof, c’était un bon job. J’enseignais
à l’université, j’enseignais dans des écoles, etc. C’est très bien, je ne gagnais
pas énormément d’argent, mais voilà, je suis resté pour mon fils. C’est-à-dire
que j’ai fait un choix, j’ai sacrifié ma carrière pour rester. Et quand j’ai
eu cette possibilité, je suis parti. Et effectivement, pour moi, ça a été quelque part la meilleure
décision de ma vie. Beaucoup de gens m’ont dit que j’étais fou parce qu’à l’époque…
je ne sais pas si tu as vu mes vidéos, mais je passais à la télé, je passais sur France
2, j’étais sur le 13 heures d’Élise Lucet. Donc il y a des millions de gens qui
m’ont vu à la télé. Je suis passé chez Taddéï, dans C’est dans l’air, Ce soir
ou jamais. Il y avait Yves Calvi, tu vois, tous les gros médias. Et donc j’étais
une star, les gens me reconnaissaient dans le métro.
Tu avais des formations en 2005 ou… ? Non, je n’avais pas… alors, là c’est
2010. Mais je n’avais pas de formation, je n’avais rien, mais j’avais un statut
de star. C’est-à-dire que tu allais dans le métro, les gens ils te disaient, mais…
genre ils te saluaient et tremblaient : « qu’est-ce que vous faites dans le mé-… » Et j’avais
ça. Je l’ai vu à la télé.
Mais c’est ça. Parce que tu… c’est l’impact… et d’ailleurs, rien que YouTube,
tu le vois quand les gens te voient. Oui, dans…
On est d’accord, et c’est que YouTube. Et quand tu es à Paris, moi à chaque fois
il y a au moins une personne qui me dit : « mais vous ne serez pas Maxence Rigottier ».
Alors toi, je pense que c’est encore plus. Ou même à Dubaï ou… par exemple quand
je suis venu, mais c’est incroyable, oui, voilà.
Et c’est vrai que c’est assez marrant. C’est ça, c’est dingue. Mais imagine
passer à la télé, que tu as des millions de gens qui te voient.
Ouais. Et qu’en plus c’est plus ou moins récurrent comme tu as fait plusieurs passages.
Donc quand je quitte… quand je quitte, pour tout le monde, c’était la folie. Mais en
fait, moi j’ai quitté parce que j’en avais marre de ma vie, donc c’était vraiment…
Les gens ne comprennent pas, parce qu’ils te disent : « oui tu as quitté pour des
raisons fiscales ou autres », certainement pas. C’est-à-dire, moi j’aimais bien
ma vie, j’avais vraiment un statut. Mais là, j’ai… quand tu échappes à la mort
et quand la seule raison pour laquelle j’étais resté — mon fils — disparaît, je me
suis dit casse-toi, voilà. Et toi ? Alors moi, ma raison c’est souvent ça,
c’est que les gens font un amalgame c’est par rapport à l’argent et à la fiscalité.
Et finalement, les vraies raisons moi c’était de vis-à-vis la paperasse.
Ouais, tu en avais marre, ouais. Ouais, j’ai démarré en 2011 et 2012 pour
la petite anecdote, donc je fais 8 000 €, ce qui n’est pas beaucoup. Et je reçois une
facture de… c’était 15 000 € du RSC. Punaise, d’accord.
Et je fais what ? Je ne fais même pas 8000 balles dans l’année, comment tu peux m’envoyer
une facture de 15 000. Et là, ça m’a vacciné. Ouais, voilà. Alors, en tout j’ai
dû payer 3-4 000, un truc comme ça, et ça m’a vacciné. J’ai dit, mais laisse tomber.
Et la deuxième chose, et c’est notamment là grâce à mon frère par rapport à l’Estonie.
Voilà, en France, vous êtes d’accord avec moi, on est vraiment taxé sur tous les péages,
les taxes d’habitation, la bourse et ainsi de suite. Et vous allez sur dettepublique.fr,
la France s’endette 2 665 € par seconde. L’Estonie, on va y revenir juste après,
0 % d’impôt sur les sociétés, 20 % sur les revenus personnels. Donc peu de revenus
entre guillemets vis-à-vis de ces taxes. Il n’y a pas de taxe d’habitation, ils
disent : mais pour quoi faire la taxe d’habitation, des choses comme ça. Et c’est un pays qui
n’est quasiment pas endetté. Et en bonus, quand vous êtes résident en Estonie, donc
j’ai les transports gratuits, donc le tramway, le bus. Si vous versez un petit salaire, vous
avez le médecin et les hôpitaux gratuits. Attends…
Non non non, il y a… Les gens… en fait, ce qui m’écœure en
fait en France c’est ce gaspillage de l’argent où…
Bah tu vas te prendre plein de dislikes là, attention là.
Non, mais je sais que je *0:12:56* Vas-y vas-y vas-y, parle parle.
Je vais avoir plein de likes par rapport à ça, c’est que vous êtes d’accord avec
moi, on ne sait pas où il va l’argent, et c’est un truc de dingue parce qu’on
paye on paye on paye… C’est un peu, voilà, si vous me suivez, bah vous connaissez les
lancements sur internet, c’est un peu comme un ami infopreneur qui fait un gros lancement
à 2 millions. Et non seulement il te dit : « je n’ai plus d’oseille », ce
qui serait déjà hallucinant. Mais il te dit : « non seulement j’ai plus d’oseille,
mais en plus je suis endetté à 3 millions ». Carrément ?
Tu fais : « tu l’as mis où ton oseille » et voilà. Et c’est ça qui moi…
Je peux donner mon avis ? Ouais.
OK. Bon, j’ai pas envie de me faire insulter, je suis pas d’accord avec lui. Non, je rigole.
Non, je pense qu’il y a un système social en France qui a super bien fonctionné, qui
a super bien fonctionné quand les choses étaient gérables. C’est-à-dire qu’il
y avait beaucoup plus de jeunes, beaucoup de plus d’actifs que de personnes qui allaient
à la retraite. Aujourd’hui, ce système social ne tient plus. Et on le comprend, et
on le voit avec les élections, avec effectivement ce rejet, avec les gilets jaunes, etc., c’est
que les gens effectivement n’en peuvent plus. Est-ce que voilà c’est la faute aux
politiques, c’est la faute à l’État ? Bien sûr.
Absolument. Bien sûr. Mais il y a eu bien évidemment
beaucoup de mauvaises gestions, beaucoup de on refile finalement la patate chaude à l’autre
politicien. Les politiciens n’ont pas eu le courage de faire les démarches. Mais à
chaque fois qu’ils ont voulu faire des réformes, on a eu des manifestations massives, Juppé.
Villepin, etc. Et donc, c’est vrai qu’aujourd’hui on se retrouve face à une situation qui est
pas top. Et aujourd’hui, c’est vrai que beaucoup de gens se disent : « c’est
pas logique » ou… Bah à quoi bon pour payer, c’est souvent
ce qu’on se dit et je comprends. Voilà, tout à fait. Et là, je rejoins Maxence
parce qu’on nous a vendu le système social. Et on nous a dit : c’est le meilleur système
au monde. C’est-à-dire que tu as les meilleurs hôpitaux au monde. Et moi, j’habite à
Dubaï, je me suis retrouvé à l’hôpital, mais en fait c’est un hôpital VIP et je
paye… j’ai une assurance, j’ai des conditions de fou. Je suis arrivé aux urgences, on m’a
pris en charge. Cinq minutes après, j’étais à l’hôpital Bichat alors que j’avais
payé plein d’argent, puisque j’étais fonctionnaire, j’étais prof. Non seulement
j’ai attendu quatre heures, mais ensuite on m’a facturé un truc genre 900 € alors
que pour moi, ça représentait énormément d’argent, énormément d’argent. Et je
me suis dit what the… Et Dubaï, alors, encore une fois, ce n’est pas l’eldorado,
tout le monde n’a pas ces… Mais une fois que tu payes, tu payes, voilà, tu as une
mutuelle, t’as des conditions de rêve. Et c’est vrai que voilà, c’est… encore
une fois, c’est vrai que des gens vont nous reprocher le fait de critiquer ou que c’est
trop facile. Mais encore une fois, nous ne sommes pas des politiques. Tu n’es pas un
homme politique, je ne suis pas un homme politique. Absolument.
Nous on a… voilà, tu as trimé, j’ai trimé, on essaie d’apporter de la valeur.
Et bien évidemment que voilà, moi j’aime la France, j’y ai habité pendant pas mal
d’années et je suis reconnaissant, toi aussi également.
Moi aussi je surkiffe la France, mais c’est… Voilà, ce n’est pas ça.
C’est l’état d’es-… pas l’état d’esprit, mais les lois qui sont mises en
place, qui ne tiennent pas de bout, c’est ça.
Bien sûr. Et le côté business qui n’est pas au top, les conditions administratives.
Et je suis totalement d’accord. Et également, il y a beaucoup de talents qui vont à Londres,
moi j’ai plein d’amis qui sont allés à Londres parce que les conditions sont meilleures,
qui vont aux États-Unis. Parce qu’encore une fois, c’est beaucoup plus facile. Donc
voilà, c’est… je sais que c’est polémique, je sais que ce n’est pas évident, je sais
que ce n’est pas… Mais voilà, moi ça n’a pas été pour cette raison que j’ai
quitté. Ouais, je comprends.
Maintenant si on analyse les choses, bah je comprends, voilà, je comprends ton choix.
Et pour rebondir sur Thami, je vais donner un exemple en fait de mes parents, et ça
ne devrait pas être comme ça. Donc mon père il était agriculteur et il a travaillé dans
les vignes, ma mère elle était fonctionnaire. Donc ils ont cotisé 42 ans, voire peut-être
un tout petit peu plus. Et mon père touche… voilà, c’est le type marketing, mais 997
€ de retraite par mois… … c’est terrible.
Et ma mère entre mille… à peu près, environ 1250 € euros. Donc 2250 €…
Et ils ont cotisé toute leur vie. Et ce qui est fou, et c’est là où je trouve
ça honteux, c’est qu’ils me disent : « mais t’as trop raison de te barrer et tout, nous
on s’est fait avoir, on a cotisé comme des cons entre guillemets ». Et normalement,
quand tu as cotisé 42 ans, tu devrais dire : « ah, bah j’ai cotisé, je suis content,
j’ai une bonne retraite » et ainsi de suite, plutôt que de dire : « mais heureusement
que vous partez mes enfants ». Et tu vois, Maxence…
C’est horrible de dire ça, que les parents disent à leurs enfants : « heureusement
que tu pars, nous on n’a plus rien », et par rapport à ça. Et ça me fait mal
au cœur. Bien sûr, ce que j’ai envie de te dire
c’est que moi par exemple j’ai… tu vois, un gros truc sur la liberté financière.
Et pourquoi ? Parce que la situation actuelle c’est juste le début quoi, c’est ça
ce que les gens ne comprennent pas. C’est que ça va s’aggraver. Pourquoi ? Parce
que tu vas avoir beaucoup plus de personnes âgées, à un certain moment tu auras beaucoup
plus de personnes âgées de plus de 65 ans que de jeunes de moins de 20 ans. C’est
intenable. Tu n’auras plus de retraite, c’est-à-dire on aura des retraites à 75
ans, 80 ans, le système n’est pas tenable en l’état actuel. Et donc les gens aujourd’hui
qui se plaignent ça va être pire. Et c’est pour ça que c’est vrai que le système
américain il est terrible, tu as été aux États-Unis, tu vois des gens de quatre-vingts…
Ah bah *0:17:40* San Francisco les SDF en siège roulant j’avais vu ça m’avait
choqué, ouais, les homeless. C’est terrible. Et des gens de 80 ans qui
travaillent dans les supermarchés. Tu les vois, tu te dis… mais là-bas, c’est normal.
C’est-à-dire que pour eux c’est de l’acquis. Alors, je vais avoir des gens qui vont me
dire : « oui, mais tu acceptes ça ». Je n’accepte pas ça, c’est juste que
c’est le système, c’est ça le truc. Et que le système aujourd’hui il n’est
pas tenable et que ça va s’aggraver et qu’aujourd’hui il faut vraiment se bouger,
notamment pour sa liberté financière. Et se créer des actifs les amis.
Créer des actifs. Actifs actifs actifs.
Business dans l’immobilier, dans la bourse, il faut créer des actifs, un max.
Alors maintenant, donc vis-à-vis un petit peu… donc moi je vais vous expliquer l’Estonie
par rapport à la fiscalité. Donc c’est 0 % d’impôt sur les sociétés, 20 % sur
les revenus dividendes. Donc aussi, ce que vous devez savoir, c’est que niveau société
ou même niveau dividende, que vous fassiez 1 000 € par mois ou un milliard par mois,
ce n’est pas comme en France où il y a des systèmes de plafond et de tranches. Et
comme je vous ai dit également, ce n’est pas le système moi je suis dans l’immo,
moi je suis ci, moi je suis ça, c’est 100 % des différentes activités.
C’est clair, c’est clair. Voilà, ouais. Donc là c’est simple, c’est clair, c’est
précis et ainsi de suite. Alors, où ça en est globalement par rapport à Dubaï ?
Zéro impôt sur les sociétés, zéro impôt sur le revenu, sur les dividendes. Tu peux
également… Si tu te verses un salaire, il y a une petite
taxe ? Zéro, zéro. T’as… quand tu achètes…
Monstrueux Dubaï, là c’est le zéro de chez zéro de chez zéro.
C’est énorme, c’est énorme. Tu as 4 % dans l’immobilier, l’immobilier tu peux
acheter très vite, tu peux revendre très vite. Donc c’est super intéressant si tu
es investisseur immobilier. Tu as également l’avantage… alors, moi je parle un peu
des avantages et ensuite… Par exemple, moi j’ai pas mal de biens immobiliers et tu
les loues à l’année, c’est-à-dire qu’on te verse ton loyer à l’année.
Location fixe. Maintenant, tu es carrément payé un an à l’avance, 12 mois de loyers ?
Un an à l’avance. Donc ça, c’est magique.
Donc là, on m’a remis un chèque de 32 000 € pour l’appartement que je possède,
sur l’année, c’est un truc de fou. Et c’est également, voilà, un pays où il
y a une TVA de 5 %. Et en fait, c’est un statut pour les 50 prochaines années. C’est-à-dire
que tu signes et effectivement pendant 50 ans ils ne t’imposent pas. Après, je ne
sais pas ce qui va se passer. Même si la loi change entre guillemets, toi
tu es tranquille 50 ans ? T’es tranquille.
Chapeau ! Le seul bémol c’est les frais quand tu
rentres, et ils le font pour sélectionner. Ouais, parce que les touristes…
Ils disent : « on ne veut pas n’importe qui, on veut des gens qui ont quand même
les reins solides ». Et c’est vrai que la… voilà, il y a une sélection. Par exemple,
moi j’ai créé une école avec… reconnue par le ministère de l’Éducation de Dubaï,
mais ils m’ont pris cinq mois six mois pour me donner la licence. Aujourd’hui, je délivre
des diplômes avec le tampon, etc., c’est génial, mais ça m’a demandé cinq six
mois, d’accord, pour l’obtenir. Et dernier point, aujourd’hui, parce qu’ils ont une
réputation de paradis fiscal, etc., aujourd’hui ils sont très carrés sur les comptes bancaires,
sur d’où vient ton argent, sur est-ce que c’est… ?
Ouais, l’origine des fonds, le classique qu’on a en Europe, ouais.
Voilà, c’est très très carré. Pour qu’on ne les fasse pas chier. Parce qu’encore
une fois, ils veulent se développer et ils veulent… voilà, ils ont une ambition. Et
c’est ça qui est génial. Et c’est ça qui m’a plu, c’est que tu arrives, tu
sens une ambition de fou quoi. Et pour nous entrepreneurs investisseurs, c’est un environnement
idéal, voilà. Et du coup, tu as expliqué, à peu près
environ 10 000 € pour tout ce qui est création de boîtes, l’aspect juridique
et ainsi de suite, est-ce que… Ouais, minimum. Parce qu’après il y a…
si tu recrutes… Ouais, est-ce qu’il y a de l’argent à
placer… je crois que c’est l’île Maurice ou même de certains pays qui demandent souvent
on doit placer entre guillemets soit 50 000 ou ainsi de suite pour aussi avoir une résidence
à son nom qui prouve qu’il y a rien *0:21:04* Si tu crées ta boîte, su tu crées ta boîte
tu as besoin de rien. Si par contre tu ne crées pas de boîte, mais tu deviens… tu
deviens investisseur, là il faut au minimum, je pense, 200 000 €. Tu peux acheter une
résidence et là ils te donnent une résidence. Et autre chose, parce que ça, c’est la
dernière nouveauté, tu as un statut de… auparavant, c’était un visa de trois ans.
Aujourd’hui, ils te donnent un visa de 10 ans. C’est-à-dire, 10 ans ils ne te font
pas chier, 10 ans, voilà. Et aujourd’hui, bah c’est récent, c’est trés très récent,
il y a, je pense, quelques semaines, tu as le statut de résident permanent comme à
Singapour. Parce qu’auparavant, tu vois, ils le faisaient pas parce qu’ils se disaient…
parce que les locaux ne représentent qu’un million, le gros ce sont des étrangers. Tu
as 8 millions d’étrangers, 1 million de locaux. Et aujourd’hui en fait, leur stratégie
c’est quoi ? C’est d’attirer les talents. Donc ils donnent des visas pour les médecins,
les ingénieurs, les scientifiques, les entrepreneurs. Et c’est là où tu vois que voilà il y
a… on est dans une nouvelle économie. Et on le sent, tu vois, et on sent que le monde
bouge. Et eux… et je pense l’Estonie également ils ont… ce sont des États… parce que
ce sont des petits pays, ce sont des États intelligents. C’est-à-dire, ils savent
que comment ils vont tirer leur épingle du jeu, c’est en attirant les meilleurs talents
de la planète, et ils sont agressifs, et ils font tout pour les attirer. C’est ce
qu’a fait les États-Unis pendant des années et des années. Parce que les États-Unis,
je ne sais pas si vous… le brain drain, tous les cerveaux européens, africains, vous
savez… Je ne sais pas si vous le savez, mais la moitié ou plus de la moitié des
médecins aux États-Unis ne sont pas américains, ils sont étrangers.
Ah, c’est les… ouais, les étrangers qui… C’est souvent des étrangers, même qui
viennent des pays d’Amérique latine ou d’Afrique quoi. Ce sont des étrangers de…
même de pays en voie de développement, et ils viennent… Et là, les États-Unis ont
payé zéro pour leurs études, mais comme les États-Unis leur offrent toutes les conditions,
ils se disent… Eh bah, aujourd’hui on voit que le monde change et l’Asie, notamment
Dubaï, ils sont à fond. Et je pense que l’Estonie également fait partie de ces
gouvernements intelligents. Alors maintenant, on va juste faire un petit
récapitulatif également pour les trois partis qui vont vous intéresser : business internet,
bourse, immobilier. Alors, vis-à-vis de la bourse, comme vous l’avez compris, si on
investit au nom de sa boîte, et on peut le faire, donc 0 %. Donc notamment moi, j’investis
avec ma société, donc avec une stratégie que je vous ai déjà présentée. Et ensuite,
si on ne réinvestit pas, et là on se verse une partie en dividende, donc c’est 20 %, qu’en
est-il à Dubaï par rapport à la bourse ? Très flexible, très flexible. Tu peux le
faire avec ton propre compte et il n’y a aucun souci, et tu as 0 % d’impôt. Ou tu
peux le faire par le biais de ta société, ça dépend de toi. Moi par exemple, l’immobilier
je l’ai acheté en mon nom propre, comme ça c’est, voilà, c’est tranquille. J’aurais
pu le faire par le biais de ma société, mais je l’ai acheté en nom propre, pourquoi ?
Et tu payes zéro ou il y a des… ? Ah, tu payes zéro. Donc tu ne te casses pas
la tête. Même le loyer, tu… Alors, tu as les frais de syndic, mais tu n’as pas
d’impôts, donc ça vaut vraiment le coup. Après, le seul bémol pour les investisseurs,
et ça, ça peut être intéressant de le mentionner, c’est que Dubaï récemment
ils ont produit et ils ont, comment dirais-je, surproduit dans l’immobilier. C’est-à-dire
que l’offre elle est largement… c’est-à-dire ils ont construit partout.
Maintenant, il y a des immeubles fantômes. Il y en a quelques-uns. Non non, il n’y
en a pas… parce qu’on a cette réputation qu’on colle, mais en fait… bien sûr qu’il
y en a. Mais en fait, quand tu vas à Dubaï Marina, voilà, il n’y a pas de souci ;
quand tu vas au Palm, il n’y a pas de souci. Maintenant, tu as des quartiers, des… quasiment
des villages, des… tu vois, qui ont été créés du jour au lendemain. C’est pour
ça qu’il faut savoir où investir à Dubaï. Il ne faut pas investir n’importe où. Par
exemple, moi mon… je l’ai loué très rapidement. Pourquoi ? Parce que c’est
dans un quartier d’affaires, c’est proche effectivement des commerces, c’est proche
de Dubaï Marina, c’est… il y a pas mal de buildings dédiés au business. D’ailleu